Cet atelier a pour finalité, outre la production de textes individuels, l’entrée dans le recueil de poèmes de Jean-Michel Bongiraud, Les mots du manœuvre (éd. Epi de seigle, 1998-2002).
Voir sur ce site, à la rubrique Littérature, Les mots du manœuvre.

Dispositif de l’atelier
(utilisable en classe de cycle 3, au collège, en formation d’adultes)

1. Par deux, choisissez un métier manuel que vous connaissez bien.

Les phases 2 à 4 vont ensuite, à partir de cet inducteur, permettre à chacun de construire un matériau disponible pour l’écriture : c’est à partir d’un réservoir de mots qu’on écrit.

2. Individuellement : Dresser quatre listes de mots (chaque liste en comportera 3 ou 4).
- Celle des matériaux que cet ouvrier travaille ;
- Celle des outils qu’il utilise ;
- Celle des objets qu’il fabrique ;
- Celle des verbes qui disent son travail.

Exemple du bûcheron

3. Individuellement : A partir de chacun des mots de ces listes, en inventer un autre, que vous fabriquez en utilisant ses lettres ou ses sonorités.

Exemple général
Exemple du bûcheron

4. Individuellement : Avec tous vos mots, vous fabriquez des fragments (phrases brèves ou expressions). On ne recherche pas le sens a priori. On laisse se mêler les mots.

Exemple du bûcheron
Parmi ces fragments, vous en choisissez deux :
- celui qui vous plaît le plus ;
- celui qui vous paraît le plus étrange.

5. Retour au binôme de la phase 1 :
Offrez en cadeau à votre partenaire les deux fragments que vous avez sélectionnés.
Attention : ils ont été offerts et donc ne vous appartiennent plus.
Ceci provoque une contrainte asymétrique : celui qui les a reçus devra les utiliser dans son propre texte ; celui qui les a offerts n’a plus le droit de les utiliser.
Cette phase de l’atelier provoque une mise en déséquilibre des participants par une contrainte externe : cette mise en déséquilibre a pour fonction de créer le besoin d’écrire.

6. Réécriture individuelle : production d’un premier texte
Au moyen des fragments qui vous restent et des deux fragments reçus de votre partenaire, vous écrivez un texte qui commence par tu (vous vous adressez à l’ouvrier).
Le mise en écriture est un moyen de passer du déséquilibre provoqué par le phase 5 à un nouvel équilibre du sujet écrivant.

Exemple du bûcheron

7. Phase collective
On dresse ensemble au tableau les 4 listes de mots du métier de poète (ou de philosophe) : les matériaux qu’il travaille, les outils qu’il utilise, les objets qu’il produit, les verbes qui décrivent son activité.

Exemple du poète

8. Individuellement : réécriture de votre texte obtenu en phase 6.
Vous choisissez une de ces listes et une seulement.
Vous remplacez dans votre texte tous les mots (ou une partie des mots) appartenant à la même liste que celle que vous avez choisie, par les mots du poète (ou du philosophe). Vous ajustez.

Exemple du bûcheron

9. Analyse et suites de l’atelier
Voir rubrique littérature de ce site : Les mots du manœuvre


Atelier imaginé par H. Tramoy