Elaborer une exposition sur le patrimoine local

Formidable outil de mobilisation des personnes, de leurs compétences, de leurs capacités, de leurs facultés à travailler en coopération, le « DEFI » est un pari sur le « Tous capables ».
Inscrit dans une dimension sociale vraie, il permet la prise de pouvoir par les individus. Cette prise de pouvoir débouche sur une transformation de la réalité environnante et donne, en cette occasion, tout son sens à la pratique de la citoyenneté.

I. La durée du défi

En ce qui nous concerne à partir du lancement du défi ont suivi deux étapes : une étape organisationnelle (deux fois une heure et demie) et une journée d'action à la fin de laquelle l'exposition était socialisée.

Cependant, cette durée relève du choix de l'enseignant :
• quand le défi est ponctuel, il peut durer une demi-journée, une journée ou plus ou moins
• mais il peut aussi être lancé pour une année scolaire (exemple : chaque semaine édition et distribution dans le quartier d'un journal de la classe)

II) La démarche

a) Constitution des groupes

Le choix délibéré de constituer des groupes de travail a été dicté par un souci d'efficacité dans le cadre du stage. La constitution de ceux-ci a donc précédé le lancement du défi.

Si le (ou les animateurs) peuve(nt) anticiper sur une éventuelle organisation en groupes pour la planification des tâches, ils ne peuvent et ne doivent en aucun cas anticiper sur les choix de cheminement des participants.

b) Le lancement du défi

Suite à une séance particulièrement dense, le public peu attentif n'est pas disposé, prêt, à entendre la présentation d'une nouvelle activité. Le rôle de l'animateur est donc d'inventer le moyen, une stratégie pour capter l'attention de chacun.
Ici, la présentation des thèmes d'étude du patrimoine reproduits sur une feuille grand format, s'est faite sous forme de jeu, invitant les groupes à s'approprier le plus vite possible l'un des thèmes.

Thèmes proposés :
1. L'industrie bollénoise à partir du XIX ème siècle jusqu'à nos jours.
2. Les lieux de vie des Bollénois.
3. L'architecture à Bollène.
4. Bollène, ses ruptures depuis le XIX ème siècle.
5. La communication à Bollène, par Bollène, à travers Bollène.
6. L'eau à Bollène.
7. L'histoire internationale de 1900 à 2000 déclinée à Bollène.
8. Les personnes célèbres de Bollène.

Cette mise en concurrence dans le choix des thèmes n'a aucun effet négatif sur l'ensemble du groupe. Elle permet seulement la dynamisation, la mobilisation des personnes.
Cette mobilisation des participants peut être favorisée de différentes manières. Quelle que soit la forme, l'objectif est une adhésion volontaire de chacun à un projet global commun.
Dans tous les cas il s'agit de créer une rupture.

Cette rupture peut être liée :

• à un choix de l'enseignant dont le comportement inhabituel va interpeler les élèves.
Exemples : il annonce qu'il n'a pas le temps de..., il annonce qu'il a besoin d'aide, il présente le contenu du défi sous forme de jeu, il annonce qu'à la rentrée il y aura un défi sans en dévoiler le contenu, il lance un pari aux élèves etc..
• à un événement soudain, qui bouleverse un élève ou l'ensemble de la classe.
Exemples : des graffiti discriminatoires sont découverts sur le mur de l'école ou bien, un élève, en rupture avec le quotidien, propose un projet spécifique, etc...
• à l'irruption dans la classe d'un « complice » de l'enseignant, ce complice exposant le défi à relever, on peut imaginer des interventions de ce type en toutes disciplines.

c) Le déroulement du défi

* 2 ETAPES ORGANISATIONNELLES

- CREATION D'UN RESERVOIR COMMUN

Création d'un large inventaire de ressources autour des thèmes relatifs au patrimoine:
• Phase de débroussaillage : chaque groupe liste des lieux, personnes, documentations (utilisation possible du téléphone, de l'Internet, annuaire, guide des associations, plan, documentation et personnes présentes sur l'inspection.....)
• Phase de mise en commun des ressources listées par les groupes

- RETRECISSEMENT DU CHAMP D'INVESTIGATION

Distribution à chaque groupe d'une énigme relative au thème sélectionné précédemment.
Les thèmes sélectionnés étant les thèmes N° 1, 2, 3, 6, 8, les énigmes correspondantes étaient ainsi formulées :
1 - Bollène, la ville rouge, A. CRESPE, "faire le chari ou la carrelé"...
2 - Implan - (S) - tation des lieux de vie des Bollénois de la Préhistoire à nos jours...
3 - Libre parcours dans l'architecture monumentale de la vieille ville...
6 - Progressivement poussé hors de son lit, quand les hommes le fatiguent, il y retourne...
8 - Il n'a pas fait l'X, il est né Charpentier, resterons-nous de marbre devant son œuvre ?

Cette étape a permis d'affiner les critères de recherches.

* REALISATION DE LA TACHE

Une matinée a été consacrée à la prospection des informations, dans la ville, dans le champ du thème et dans l'objectif de répondre à l'énigme.
L'après-midi a permis la production de panneaux par chaque groupe et s'est terminée par la mise en commun des travaux sous la forme d'une exposition collective.

Pendant les recherches et la mise en forme, le (ou les) animateur(s) reste(nt) à la disposition des participants pour répondre aux demandes en terme de moyens par exemple. Il(s) aiguille(nt), cherche(nt) des réponses avec les apprenants mais ne se pose(nt) pas en detenteur(s) du savoir. A contrario, le ou les animateur(s) apprenne(nt) également.
Pour laisser à chacun sa place, pour laisser à chacun la liberté de mettre en œuvre tout son pouvoir faire, pouvoir être, pouvoir créer, le (ou les) animateur(s) adopte(nt) une attitude positive car c'est la conviction de la capacité du groupe à réussir qui préside à leur action. Cette attitude, empreinte de confiance, d'écoute, de prise en compte de toutes les propositions, encourage chaque individu à faire preuve d'excellence.

* SOCIALISATION
Une triple socialisation a été effectuée :
• L'affichage interne des productions pour découverte libre individuelle des panneaux
• La présentation orale de leur travail par les participants eux-mêmes. Afin de rendre cette visite interactive et plus active dans l'écoute, il a été proposé de raconter la ville à travers les âges. Chacun a pu intervenir oralement au moment le plus opportun.
• Mise en circulation de l'exposition dans les écoles de la ville au service des apprentissages

Tout défi se doit d'être conclu par une socialisation des productions.
Le but en est de
• donner sens à l'activité
• évaluer le travail réalisé
• valoriser le travail effectué
• conforter ou initier en chaque participant une prise de conscience en ses compétences et capacités d'où émergera une plus grande confiance en lui-même
• faire largement la preuve que la coopération donne force aux propositions
• de soumettre une réflexion sur le pouvoir de transformation de la réalité, porté par l'individu ou le groupe

d) Analyse réflexive de l'activité

Travail collectif permettant de faire émerger le déroulement des différentes étapes pour réaliser la tâche, l'analyse réflexive se construit peu à peu pour répondre in fine à la question :
« Qu'est-ce qu'un défi ? »

Cette analyse réflexive invite les participants à mettre en mots leur vécu.
Cette mise en mots favorise la prise de conscience du cheminement dans les apprentissages.
Cette conscientisation vise l'aboutissement même de l'apprentissage.

Au-delà, la distance posée grâce à la prise de conscience de la succession d'actions réalisées dans l'obéissance aux consignes, donne à l'individu la possibilité de se libérer de l'emprise que l'animateur a pu avoir sur lui.
L'acteur du projet, conscientisant au cours de cette étape ultime, vit ainsi concrètement la traduction première du mot « E-manciper », c'est à dire « ex-mancipium : ôter la prise en main ».

De la coopération à l'émancipation
dans le cadre d'un projet à dimension sociale vraie
chacun a pu entreprendre pour apprendre.

Sommaire